21 – Mauvaise fois

Le mois décembre approche. Le mois des fêtes de fin d’année.

Ce n’est pas seulement les oies qu’on gave à cette période. On va s’en mettre plein la panse. Bon, mais les volailles, on leur a pas demandé leur avis. Pour elles, ça se finit mal, en général. Déjà, la grippe aviaire de l’année passée… Les rescapées terminent leur courte vie dans nos assiettes. Non, on ne va pas s’apitoyer sur des piafs. Dépêchez-vous, y’en aura pas pour tout le monde. Remarquez, je ne vais pas me plaindre. L’année dernière, j’mangeais avec ma paille. Oui. Déjà un an. Une autre vie…

Cette année, j’ai droit à des demi-portions. Oui, pour ma face gauche qui peut encore mâcher. Il n’ y a toujours que le whisky qui passe le sens interdit.

Je me suis largement déconnecté des réseaux sociaux, depuis quelques temps. Le bonheur virtuel, affiché sur certaines publications, m’ennuie. Quand on rencontre les gens pour de vrai, ça fait bizarre.

Comme le dit Chantal Cahouët, mon amie de Corasso sur ces vers de Anne Sylvestre

Je me sens dérisoire
Juste à côté de l’histoire
Décalé
Comme un point dans une image
Comme un petit personnage
De Sempé

Alors, j’ai l’air de faire la tête comme ça. Surtout quand on voit les photos de mon profil. Je veux dire, surtout de profil bien sûr. Mais dans des situations réelles, je suis plutôt de ceux qui réconfortent ou amusent les autres. Enfin, ça dépend aussi de l’ambiance. Il faut quand même du répondant.

Quand, par hasard, je croise une connaissance qui me dit : Tiens cela fait longtemps qu’on n’a plus de tes nouvelles. Tu étais en voyage ? Je réponds : non, j’étais malade, en rigolant. Alors, je sens comme un grand froid. C’est difficile de continuer la conversation de manière détendue, après ça. Je me sens obligé de la rassurer.

Pour revenir à nos dindes, je n’aime pas trop le mois de décembre, vous l’aurez compris. On va le faire bien sûr. Noël en famille, la Saint Sylvestre entre amis. Peut-être…

Mais vivement janvier 2018. Les journées qui s’allongent. Les bonnes résolutions. Qu’on ne tiendra sûrement pas. Les projets qu’on construit. Dans notre tête, surtout. Les bonheurs qu’on espère. Garder ou trouver. Mais surtout ne pas perdre. Et toujours poursuivre. C’est l’essentiel. Tout le reste n’est que prétexte. En même temps, ça fait avancer le monde. Ils font avancer le monde. Surtout les artistes. Les vrais, les grands. Ceux qui ont passé les siècles. Et puis les chercheurs. Enfin, ceux qui trouvent. Les philosophes, les ethnologues, les…

Je n’aurais pas dû me lancer dans ce galimatias. Je vais forcément oublier du monde.

Enfin, nous, on n’y est pas.

Peut-être Sabrina (Sab Ourik), mon amie, la responsable de Corasso.

Aujourd’hui, c’est le « Black Friday ». Ca nous vient des USA. Ca tombe mal, j’ai un soucis avec ma carte bleue. Soupçon de substitution de mon code par un commerçant. Dans le doute, j’ai fait opposition. Aujourd’hui même. Moi qui prévoyais dépenser sans compter. Je vais faire des économies, ça c’est certain. Pas de foie gras, pas de cadeaux, rien pour le Téléthon. Je vais être « Blacklisté ». Avec le nombre de pubs que j’ai reçues, ils vont faire la gueule. Vous rendez-vous compte ? C’est vraiment le « Black Day » pour tous mes marchands préférés.

Pour moi, janvier 2018. Ce sera, entre autres, des interventions de chirurgie esthétique. Blépharoplastie, lifting et Botox. Que du bonheur. Aux frais de la CPAM. Râlez-pas. J’ai cotisé pour ça.

Je vais pouvoir reprendre la clope, après ça. J’arrête de courir. Et je remplace l’eau par du vin.

J’entends déjà les soupirs. Je vais juste rattraper le temps perdu. Bien oui. Jusqu’à présent, pas de tabac, pas d’alcool, de drogue, pas d’alimentation à risque, un peu d’activité physique. Et je me chope la crève. Alors, autant en profiter.

Bon, j’imagine vos commentaires réprobateurs.

Je plaisante. Je vais mettre de l’eau dans mon vin.

IMG_0812

Amy Winehouse

 

18 réflexions sur “21 – Mauvaise fois”

  1. Tu as raison Max, il faut profiter de la vie avec les moyens dont on dispose mais sans exagérer.
    Vu qu’on ne peut plus s’adonner aux excès, on doit raison garder si l’on veut tenir la route et peu importe la façon avec laquelle on se conduit dès lors qu’on bouge encore.
    Ce qui est vrai, c’est qu’on ne peut plus rivaliser avec les jeunes. D’ailleurs à quoi cela servirait-il ?
    J’ai pratiqué la course à pieds (plusieurs marathons et quantités de semi-marathons), aujourd’hui je me contente de faire le tour du quartier, la natation (le 100 m nage libre où j’étais loin du ridicule au temps de Johnny Weissmuller), aujourd’hui j’évite piscine et autre nappe aquatique au risque de couler, oui, j’ai un trou de plus que les autres et cet orifice n’est pas un évent), l’escalade, où j’ai bien failli y rester à 18 ans, le ski, aujourd’hui je ne sais si je pourrais tenir encore sur mes jambes mais rien que d’y penser à l’instant même où je me couche m’aide à m’endormir, l’ULM, je préfère m’abstenir, mais je vole encore dans mes rêves.
    Aujourd’hui, je ne cours plus, je lis, je ne skie plus, j’écris, je ne nage plus, je participe à deux ateliers d’écriture, je ne vole plus, je roule…
    Les plaisirs évoluent, quand on ne peut plus, on imagine et le plus curieux, c’est qu’on va plus loin.
    La pensée n’a pas de limite…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Jean Marc pour ton commentaire, comme toujours, très argumenté et avec une aisance étonnante à l’écriture Je crois qu’il ne faut surtout pas rivaliser avec soi, d’avant. Pour nous comme pour les bien portants. Je suis tout de même très admiratif de tes performances sportives. Amicalement. Max

      J'aime

      1. Pour Johnny Weissmuller, c’était en 1924 à Paris, précisément non loin d’où j’habite, au stade nautique Georges Vallerey , le 100 m en 59 sec.
        Pour moi c’était en 70, 50 ans après, j’approchais la minute.
        Aujourd’hui, ils en sont à 47 sec !
        En 70, j’aurais fini à 25 mètres derrière et aujourd’hui je rêve…

        Aimé par 1 personne

  2. Pour les clopes Max je te déconseille… ça devient trop cher… même moi je me suis mise à l’électronique !!!!! Après pour le reste… profites ! Fais ce que tu veux, ce que tu aimes !
    Toujours un plaisir d’avoir de tes nouvelles même via un blog 😉
    Je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  3. Contente d’avoir de tes nouvelles Max Alain ;). Moi aussi j’attends le 1er janvier pour reprendre quelques bonnes résolutions vite oubliées lol. Comme toi, Chantal et plusieurs d’entre nous je me sens vivre dans une autre réalité depuis longtemps maintenant (même si je vais avoir 40 ans dans peu de temps j’ai l’impression d’en avoir 20 de plus). Parfois j’envie tout ces gens à qui il n’arrive jamais rien (jamais malade, famille impeccable, beaux, gagnent bien leur vie…) et après je me dis que finalement cette condition nous fais atteindre un état de conscience que certains ne connaitrons jamais (maigre compensation je sais). Revendiquons le droit d’être différents ! et le droit de ne pas manger de foie gras lol. Je t’embrasse. Sonia

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, Sonia. Il me touche beaucoup parce que tu vas à l’essentiel. Tu décris bien les difficultés que nous vivons. Ma démarche, par cette expression est de vouloir la partager avec toi, comme avec avec nos amis communs. Avec toute mon amitié, je t’embrasse à mon tour. 🙂 Max

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s